L'équipe de Chine indigo est familière de la Chine et des minorités ethniques auprès desquelles nous passons plusieurs mois par an.

Après avoir vécu en Chine et noué des relations intimes au sein d'un village Miao, nous avons établi un partenariat avec tous les artisans de ce village du Guizhou et c'est ainsi que nous vous proposons une large gamme de leur artisanat traditionnel dans un esprit totalement équitable et solidaire.

Les Miao, nos partenaires privilégiés, vivant dans les montagnes à l'écart des routes touristiques et ne parlant pas du tout l'anglais, voire pour certains même pas le mandarin, ont encore peu de contacts avec les étrangers et leur artisanat reste largement méconnu hors des frontières chinoises. En leur offrant une fenêtre sur le monde occidental, nous contribuons ensemble au maintien et au développement de cet art ancestral du bijou, travail des hommes, et de la broderie, activité traditionnelle des femmes qui réalisent et portent encore leurs costumes brodés.

L'absence d'intermédiaires et la confiance mutuelle qui sont à la base de ce commerce équitable nous permettent de vous proposer des prix compétitifs pour des produits originaux et authentiques. La diffusion et la vente de leur artisanat à l'étranger permet aux Miao de perpétuer leur art et d'augmenter leur niveau de vie qui reste encore très dépendant d'une agriculture de subsistance.

Votre contribution à cet échange interculturel, par l'achat de leurs produits, renforce leur fierté de se savoir apprécié à l'extérieur de leur communauté et leur permet de développer leur créativité naturelle.

Véronique, la fondatrice de Chine Indigo, nous raconte son histoire :

« Après 10 ans d'enseignement du Qi Gong en France, le besoin s'est fait sentir en moi de remonter aux sources de ma pratique et de partir m'installer en Chine pour y trouver un maître en Qi Gong et Tai Ji Quan et pourvoir approfondir ma connaissance des arts internes chinois. Je suis donc partie m'installer à Kunming (Yunnan) où j'ai trouvé un maître et appris le mandarin. C'était en 2005.

J'ai été - et suis toujours - fascinée par cette partie de la Chine, belle, authentique et riche de cultures diverses qui s'entremêlent grâce à la présence de nombreuses minorités ethniques. Mes nombreux voyages m'ont amenée à rencontrer les Naxi, les Moso, les Bai, les Yi, les Dai, les Lisu....

Une rencontre a été déterminante et a changé ma vie, celle d'une jeune femme appellée Liu Jie appartenant au peuple Miao. Une solide amitié s'est nouée immédiatement et grâce à elle et à sa famille, j'ai découvert la culture et la vie des Miao de l'intérieur. Après quelques années de séjours auprès d'eux plus ou moins longs, au rythme des visas accordés par le gouvernement et aussi de l'argent que j'arrivais à mettre de côté (difficile voire impossible pour une occidentale de gagner de l'argent en vivant chez les Miao), j'ai cherché le moyen à ma disposition pour les aider à sortir de la pauvreté et à promouvoir cette belle culture qui transparaît dans leurs bijoux et leurs broderies, illustration vivante d'un savoir-faire et d'un artisanat ancestral.

En 2009, je crée donc Chine Indigo, avec comme but assumé de vendre l'artisanat Miao en France, diffuser leur culture et faire vivre tous les artisans de mon village. Si on m'avait dit 10 ans auparavant que j'allais faire du commerce... j'en aurais ri de bon cœur et en plus, je n'y connaissais rien. Moi, la littéraire biberonnée à la spiritualité et à l'énergie, voilà que je devais me confronter à la matière et à l'argent qui représentait jusque là la source de tous les maux de cette terre ! Me confronter à la vente, à l'importation, aux douanes, à la gestion... !

Je peux dire que nous avons évolué ensemble, mon village Miao et moi : moi en apprenant progressivement toutes les arcanes du commerce et en développant mon petit business jusqu'à créer une société et les Miao en se structurant et en modifiant certaines de leurs pratiques pour correspondre à des critères de qualité occidentaux.

Je suis partie du principe que je ne voulais pas intervenir dans la création pour ne pas les polluer avec une inspiration occidentale et dénaturer leur créativité. J'ai fait une seule exception mais qui a profondément renouvellé leur artisanat. En 2012, lors d'un séjour là bas, au cours d'une discussion informelle avec Liu Jie, nous avons imaginé un bracelet avec de la broderie – faut dire que je suis une fan de leurs broderies et que je ne pouvais m'empêcher d'acheter de belles pièces, porte-bébé, vestes ou jupes, pour mon plaisir personnel. Ce premier bracelet, c'est le père de Liu Jie qui l'a réalisé. Il était en volume, pas pratique, encombrant et difficilement portable mais l'idée était née et la créativité des artisans s'est alors exprimée jusqu'à créer une véritable collection riche de nombreux modèles.

Lors de mon voyage annuel au village en 2018, j'ai eu l'occasion de participer à une fête traditionnelle où les femmes sortant leurs plus beaux atours, les magnifiques costumes de fêtes et j'ai été très émue de voir plusieurs femmes portant des boucles d'oreilles brodées. Cette création a été adoptée et intégrée et c'est une immense satisfaction pour moi.

Depuis 2013, j'ai aussi résolu une contradiction qui perturbait ma conscience écologique : j'aide une minorité certes mais celle-ci se trouve à l'autre bout du monde et je consomme beaucoup de carbone pour faire venir leurs produits jusque chez nous en France. Je sais que tous n'ont pas ces scrupules mais il est temps que le commerce se fasse avec conscience. J'ai donc choisi de calculer ma consommation carbone pour mes voyages et mon fret aérien et de la compenser en versant une contribution correspondante à l'ONG GOOD PLANET, présidée par Yann Arthus-Bertrand, qui investit cet argent à destination de projets écologiques pour les pays en voie de développement. Ouf !

Mon histoire avec les Miao n'est pas finie et la suite, je voudrais qu'elle s'écrive en grand : les besoins sont énormes et parfois essentiels, comme un puits dans le village d'origine de la famille de Liu Jie où il reste une quinzaine de familles ou l'éducation des jeunes qui veulent aller au-delà du collège. Mes moyens personnels n'y suffisent pas, je crée donc une association pour fédérer les bonnes volontés et attaquer d'autres projets destinés à aider les Miao, ou pourquoi pas d'autres minorités. »

NOS VALEURS ET NOS ENGAGEMENTS

  • Respect de nos client(e)s : chaque client(e) participe à chaque achat à soutenir les Miao, nous vous considérons donc comme des partenaires, et nous faisons tout pour que vous soyez heureux et heureuses de porter nos bijoux. Nous sommes à l'écoute de toutes vos demandes individuelles et ferons notre possible pour les satisfaire.

  • Commerce équitable : nous coopèrons avec tous les artisans bijoutiers d’un village du Guizhou. Le prix demandé par les artisans est payé sans marchandage. La relation de confiance réciproque nous garantit des prix justes et équitables pour tous. Nous travaillons en direct, sans intermédiaire, avec Liu Jie et son père qui forment une sorte de coopérative informelle pour la collecte des bijoux fabriqués au village.

  • Nous allons au moins une fois par an au contact des artisans. Ce lien fort leur permet de nous assurer d'une production sérieuse, consciencieuse. Nous travaillons en permanence avec eux à l'amélioration de la qualité, néanmoins nous tenons à conserver le côté artisanal de la production. Les bijoux ne sont pas standardisés.

  • Aucun enfant ne travaille à la production.

  • Engagement écologique : chaque année, nous calculons la consommation carbone émise par les déplacements nécessaires à notre activité ( billets d'avions et frêt aérien) et nous nous engageons à verser la somme correspondante à une ONG qui compense par des investissements écologiques pour notre planète, actuellement GOOD PLANET qui consacre 85% de ses ressources à des actions de terrain.

  • Nous nous voulons éco-responsables et dans cette optique, nous réfléchissons en permanence à notre impact sur la planète. C'est pourquoi nous avons choisi de limiter nos emballages : pas de jolie pochette inutile qui part aussitôt à la poubelle (les bijoux sont envoyés dans un simple papier de soie mais nous vous faisons volontiers un emballage cadeau dans du papier kraft) et nous avons un partenariat avec la poste du village pour récupérer leurs petits cartons ( de formulaires de recommandé, colissimo etc) qui nous servent à vous envoyer vos commandes sauf contre-ordre de votre part.

  • Pour les sacs et accessoires qui viennent des Hmong du Nord de la Thaïlande , nous travaillons en direct avec de petits ateliers Hmong que nous connaissons bien et veillons aux conditions de travail qui y sont appliquées.

  • Notre engagement personnel auprès des Miao ne suffisant plus, nous nous engageons également à reverser une partie de nos bénéfices dans une association qui initiera des projets bénéficiant à un public plus large que simplement les artisans et leurs familles pour montrer l'exemple et inciter nos client(e)s à faire de même.

En achetant sur CHINE INDIGO, vous participez à une vraie démarche qui vise à faire du commerce autrement, avec des valeurs morales et spirituelles qui, nous l'espérons, contribueront à améliorer notre monde qui en a bien besoin !